Histoire de la confiture


A quand remontent les premières confitures ? Sans doute vous êtes-vous déjà posé cette question un matin. L'esprit encore rêveur, en tartinant votre pain ou vos biscottes du petit-déjeuner. Car si la confiture est à l'instar de la pâte à tartiner un produit de consommation courante à notre époque, son invention tire ses origines bien des siècles en arrière.

De la confiture à l'électuaire : découverte et démocratisation


C'est dans l'Histoire Naturelle de Pline l'Ancien en l'an 73 après J.C. qu'apparaissent les premiers écrits s'apparentant à des recettes de confitures. Les fruits sont alors principalement cuits dans du miel. Mais d'autres procédés de macération dans du sirop ou du vin sont également évoqués dans le recueil du naturaliste du Ier siècle. Trois siècles plus tard, l'agronome Palladius fait également référence à des recettes de fruits cuits au travers des pages de son De Re Rustica.

Préparation de confiture au moyen âgeToutefois, l'apparition des confitures en Europe reste assez tardive. Il faudra attendre le Moyen Age et les premières croisades pour voir leur introduction en Occident. Une arrivée qui s'est faite par le biais du monde arabe. Les européens découvrent ainsi le sucre de canne. Une denrée - et un goût - jusqu'à présent inconnus de la société de l'époque. Les confitures commencent alors peu à peu à trouver leur place.

Mais si le terme de « confitures » fait référence aux confiseries à base de fruits cuits dans du miel, du sirop ou du sucre au Moyen Age, c'est à celui d'électuaire (du latin eleucterium) que se rattachent les recettes de confitures telles que nous les connaissons de nos jours. Un terme issu de la pharmacopée mésopotamienne qui érige les confitures au rang de médicament (l'ancêtre de nos bonnes vieilles gélules). Très appréciés lors des banquets médiévaux, les électuaires (alors prononcés « letuaires ») n'en restent pas moins des produits de luxe.

Bien que plus connu pour ses prédictions, Nostradamus, de son vrai nom Michel de Nostre-Dame , publie quant à lui en 1555 Le traité des fardements et des confitures. Ouvrage dans lequel il décrit en détail les ingrédients et ustensiles nécessaires à l'élaboration de différentes recettes de confitures de fruits. Mais aussi de plantes.

Ce n'est cependant qu'au XIXe siècle que la confiture se démocratise vraiment. Le sucre de betterave est découvert et permet à la confiture de prendre son envol. Bien moins chère que la canne à sucre et plus facilement cultivable, la betterave sucrière devient l'élément de base de la production du sucre. La consommation de confiture ne se limite alors plus à la noblesse et s'étend jusqu'aux couches les plus populaires.

Nous sommes aujourd'hui bien loin de l'emploi des confitures en tant qu'électuaires. Les saveurs sucrées et fruitées de la confiture en font davantage un aliment que nous mangeons volontiers au petit-déjeuner ou au goûter pour le simple plaisir de nos sens.

Une méthode de conservation


Moyen de sublimation des fruits par excellence, la confiture naît avant tout d'un besoin de conservation des fruits les plus fragiles après la cueillette. Les germes, responsables de la détérioration des fruits dans le temps, sont ainsi détruits par l'ajout de sucre qui en stoppe le développement.

Confiturage


Si Nostradamus reste à ce jour considéré comme le Saint Patron des maîtres confituriers, c'est que les méthodes de préparation des confitures n'ont que peu changé au fil des siècles. Néanmoins, leconfiturage demeure encore pour beaucoup un art que seules les années permettent de parfaitement maîtriser

Article ajouté au panier X